Chapitre 3 - Saigon

Publié le par Spike

    Peu de temps après la fête de l’Automne, le père de Tao annonça à sa famille qu’ils allaient devoir déménager à Saigon car il avait demandé sa mutation depuis longtemps dans une autre école. En réalité, il devait tout faire pour échapper lui et sa famille au régime communiste.
Le Vietnam était désormais coupé en deux 

    La famille de Tao déménagea en 1955 à Saigon pour fuir le régime du nord, et 6 mois plus tard, la famille de Xuan fit de même, ainsi que les oncles et tantes de Tao. Seule la famille du frère de son père resta au nord, à Hanoi.

    A cette période là, nombreux étaient ceux qui partaient du nord au sud en pensant que la vie serait meilleure pour eux.

    Xuan et Tao, après une courte séparation de quelques mois, se retrouvèrent dans cette grande ville.
Pour eux qui n’étaient jamais partis de leur village durant toute leur enfance, le changement fut radical. Saigon était une ville bruyante et animée en permanence, ce qui contrastait terriblement avec le calme rural de Vinh Yen.

    Tao était ravi de pouvoir aller au cinéma chaque semaine avec ses amis et de découvrir le cinéma américain et spécialement les western!

    Le père de Tao voulut que son fils apprenne très tôt une langue étrangère et particulièrement le français : lui-même le parlait et l’écrivait de façon quasi parfaite et souhaitait qu’il en fut de même pour son fils.
Il était très exigeant avec ses enfants, mais tout particulièrement avec son fils ainé avec qui il était très sévère et pour qui il n’envisageait pas autre chose qu’un brillant avenir : le fils ainé de la famille se devait d’avoir une bonne situation et d’être un exemple pour ses frères et sœurs.

    « Pourquoi le français et pas l’anglais ? John Wayne et Gary Cooper parlent anglais !
- Oui mais plus tard tu iras en France faire tes études.
- Jamais de la vie ! Je resterai ici !
- Non, tu iras en France. Ça fait des années que j’ai prévu cela pour toi, tu iras. Tu feras tes études là bas et lorsque tu reviendras au Vietnam, tu auras une très bonne situation.»

    Tao savait qu’il était inutile de contredire les paroles de son père, de toute façon, ici, jamais on ne contredisait ses parents et on devait quoi qu’il arrive respecter les plus vieux que soi.

    Le temps passait, la situation politique du Vietnam n’était pas des plus stables, Tao n’avait jamais vu son pays autrement qu’occupé, que ce soit par des français ou des américains.

    Xuan et lui firent leurs études au lycée français de Saigon, leurs familles respectives ayant pour projet de les envoyer tous les deux faire des études en France plus tard.

    Un jour, Tao discuta avec Xuan des fameux petits carnets que leurs mères avaient fait faire à leur naissance par des voyantes.

    « Tu crois à tout ça ? Tu penses que notre destin est déterminé depuis notre naissance par les étoiles ?
- Pas vraiment ... répondit Tao. D’ailleurs si tu veux, on peut aller voir une voyante tous les deux, juste pour voir si elle va nous dire la vérité sur quelque chose que l’on sait déjà et dont on est sûr.
- Comme par exemple ce qu’on fera quand on sera en France ?
- Oui ! On peut aller voir celle qui a fait le carnet de Sao Mai quand elle est née. »

    Au printemps 1964, les deux amis n’étaient plus des enfants, et cela faisait quelques mois qu’ils avaient déjà prévu leur départ de Saigon, tout était déjà réglé, le départ était imminent.
Ils allèrent donc voir la fameuse voyante.

« Nous devons partir bientôt tous les deux pour la France, que pensez vous de ce voyage ? »

Après un instant de réflexion, elle leur dit très directement :

    « Vous ne partirez pas ensemble.
- Impossible ! dit Xuan. Tout est prêt, nous partons bientôt.
- Non, malheureusement...
- Tu vois qu’elle dit n’importe quoi... dit Tao.
Vous vous trompez c’est évident, parce que je ne vois pas du tout ce qui peut empêcher un tel projet...
- Je ne fais pas d’erreur... L’un de vous ne partira pas, mais je ne sais pas pour quelle raison. Vos destins seront bien différents mes enfants... »

    Xuan et Tao, dubitatifs, rentrèrent chez eux. Ils ne croyaient pas vraiment à ces choses là, mais les paroles de la voyante les firent réfléchir.

Commenter cet article

augenblick 12/06/2008 19:29

Moi aussi je suis prise par ton histoire ! et puis, comme je pratique un style de kung fu qui est passé par le Việt Nam, ton histoire me parle bien. J'attends aussi la suite !

Spike 12/06/2008 19:05

@ Silphi: je ne bois pas de bière mais je fume des clopes, donc on discutera de ce que tu voudras le 21!

@ Monsieur Plus: tu es perspicace Monsieur Plus, c'est peut-être pour ça que tu t'appelles Monsieur Plus d'ailleurs? Mais tu sais, je ne suis rien d'autre qu'une inventeuse d'histoires, faut pas chercher plus loin des fois ... ;)

@ La Géorgienne: même si tu faisais un marathon Jungle Boogie, ça te prendrait moins de temps que de regarder les aventures de Jack Bauer.
Et puis c'est moins violent aussi. Tu crois qu'il faudrait que j'invente des trucs de contre espionnage pour passionner les lecteurs???

La Géorgienne 12/06/2008 15:29

Merci -3-

Sinon, je vais arrêter de lire ta nouvelle, je vais attendre qu'elle soit terminée, et je me ferai un marathon Jungle-Boogie pendant 48h.
Non.
Impossible.

Sinon, je constate que le "ajouter un commentaire" ne disparaît plus lorsque l'on clique dessus, bravo les techniciens !!!

Et tu nous diras où on peut la trouver ton interview ?

monsieur plus 12/06/2008 13:54

Un drâme est en préparation... et on croit deviner lequel.

C'est étrange, cette histoire sent le vécu. Comme celle que pourrait raconter un père (ou un grand-père) à son fils (ou petit-fils) (mais ça fonctionne aussi avec une fille/petite-fille). Un peu comme si elle était publiée pour ne pas être oubliée, que l'oral devienne écrit.

Si j'ai raison, tu nous diras à la fin qui sont Tao et Xuan ?

Silphi 12/06/2008 01:17

Hum, je crois que ça me déprimerait trop de croire que tout est prédéterminé. Déjà qu'on va nulle part, si en plus, je peux pas me dire que je construis, je vais me petit suissider ;)

On en discute autour d'une bière et de clopes le 21 ? :D