Les expériences qu’on fait pour apprendre la vie quand on est petit (et même parfois beaucoup plus grand) Première Partie

Publié le par Spike


    Dans la vie, il y a bien sûr ce que l’on apprend de nos parents, des autres, de l’école, des films, des livres... et puis les expériences que l’on découvre par hasard, que l’on a jamais vues expliquées nulle part, ou auxquelles on n’a jamais voulu croire tant qu’on avait pas essayé.
Parfois, ça donne des choses très drôles. Ou alors complètement minables.



LE JOUR Où J’AI DÉCOUVERT QU’ON POUVAIT TUER
UN POISSON ROUGE EN 5 HEURES


     A 5 ans, j’avais gagné un poisson rouge à la fête foraine. C’était le premier animal que j’ai eu, je l’ai appelé Titi.
Arrivée chez moi, j’ai rempli d’eau un saladier pour faire une maison à Titi. Il était super content, il nageait partout.
Ensuite, comme il avait faim, j’ai versé la moitié de la boite de daphnies dans le saladier.
5 heures après, Titi flottait le ventre à l’air à la surface de l’eau.

     Mon verdict : OUI j’étais drôlement triste.
Même que j’ai pleuré et je l’ai enterré dans une boite de vache qui rit, au fond du jardin chez mes Grands-Parents la semaine suivante. Ma mère avait gardé le poisson une semaine au frigo car je lui avais fait promettre qu’on irait l’enterrer en vrai.

    Depuis, je sais qu’on ne doit pas donner trop de nourriture à un poisson, sinon il mange jusqu’à ce qu’il meurt. C’est bête un poisson.



LE JOUR Où J’AI DÉCOUVERT QUE SI ON NE CHANGE PAS L’EAU DES FLEURS, çA PUE

      J’avais une dizaine d’années et j’avais cueilli des œillets dans mon jardin. Toute fière de mon petit bouquet, j’ai pris un verre en plastique opaque, je l’ai rempli d’eau, et j’ai mis mes œillets dedans.
Ensuite je suis partie en vacances une semaine, et les fleurs sont restées sur mon bureau.
En revenant, j’ai trouvé qu’il y avait une drôle d’odeur dans la chambre... j’ai regardé les œillets qui étaient fanés, et j’ai constaté que l’eau, en plus de dégager une odeur aussi nauséabonde qu’un fromage pourri, avait pris un aspect blanchâtre et visqueux.

     Mon verdict : OUI ça pue atrocement.

On aurait dit que les fleurs trempaient dans de la colle à papier.

     Depuis, je sais qu’il faut changer fréquemment l’eau des fleurs, et ne pas oublier de les jeter avant de partir en vacances.



LE JOUR Où J’AI DÉCOUVERT QUE LE SCOTCH DE BUREAU NE POUVAIT PAS FAIRE OFFICE DE PANSEMENT QUAND ON S’ÉTAIT BLESSÉ

     Enfant, quand je jouais dans ma chambre, j’avais l’habitude de me déplacer sur les genoux, ainsi, j’étais au ras de mes jouets et de ce que je bricolais.
Un jour, j’avais oublié qu’une boite de punaises était renversée sur ma moquette, et comme d’habitude, je marchais sur les genoux dans ma chambre : je me suis retrouvée avec 4 ou 5 punaises plantées bien profond dans le genou.

     Mon verdict : OUI ça fait ASSEZ mal.

Après les avoir enlevées une par une toute seule, j’ai pris une boule de coton bleue et mon scotch pour me faire un pansement super classe. Sauf que le scotch de bureau n’est apparemment pas fait pour adhérer correctement sur la peau humaine...

     Depuis ce jour, je ne regarde plus jamais un rouleau de scotch de la même manière.



LE JOUR Où J’AI DÉCOUVERT QUE LE CORPS HUMAIN
ÉTAIT CONDUCTEUR DU 220 VOLTS


     8 ou 10 ans toujours (décidément on fait beaucoup d’expériences à cet âge là) et j’avais lavé les cheveux de ma poupée qui s’appelait Sandrine et qui avait les cheveux bouclés et par conséquent difficiles à coiffer.
J’ai branché le sèche cheveux dans ma chambre, j’ai commencé à sécher les cheveux de Sandrine, et là: DDZZZZDDZZZZ!!!!!
Une étincelle bleue et blanche, mes mains ont lâché Sandrine, j’ai fait un bon d’1 mètre en arrière avec une sensation toute bizarre qui me parcourait le bras.

     Mon verdict : OUI  ça fait un drôle d’effet.

Mais les autre fois ça fait moins mal car on est habitué.
Ce jour là, j’ai compris ce que signifiait « prendre une châtaigne ».

      Depuis, j’inspecte chacun des sèche-cheveux dont je me sers avec un air assez suspicieux chaque fois que je le branche.


--------------------------

Demain, la suite et la fin de mes expériences de vie.


Commenter cet article

noum 13/03/2009 14:28

Je ne mens jamais c'est mauvais pour mon karma , par contre il est vrai que dans mon enfance j'avais tendance à décider arbitrairement du sexe des choses vivantes ou pas. Adulte c'est rigolo aussi mais c'est plus dangeureux.

Marmotte 05/03/2009 23:03

Euh,oui pardon je m'égare,tu n'as pas de détracteurs,c'est juste moi,je voudrais tant ne pas être seule à être détestée :'(
Je voudrais que Noum m'explique comment elle a identifié le sexe d'Albert et Raymonde.

Spike 06/03/2009 10:27


Noum est rien qu'une sale menteuse, voilà. Je ne vois pas d'autre explication.


Anna 05/03/2009 14:56

Oui, c'est à peu près ça !!!
Je me souviens que j'essayais même de faire un pansement high-tech avec un mouchoir sur ma blessure de guerre et du scotch tout pourave en travers pour que ça tienne.
Walou ça a tenu !

Jeanne 05/03/2009 13:10

Ben moi j'ai attendu l'âge raisonnable de 14 ans pour comprendre que l'expression "faire l'amour" n'impliquait pas forcément qu'on soit amoureux, et qu'on pouvait "faire l'amour" sans l'être. J'en suis restée comme deux ronds de flan et depuis je n'emploie plus cette expression...

Spike 05/03/2009 13:51


Elle est pas mal celle ci! Mais tu as raison, c'est une expression idiote!


Anna 05/03/2009 12:24

Bah moi aussi un jour j'ai compris que le scotch ne pouvait pas servir de pansement ... et j'étais bien déçue d'ailleurs !

Spike 05/03/2009 13:48


T'as déroulé tout le ruban parce que ça passait son temps à se décoller?