Lundi 15 juin 1 15 /06 /Juin 16:06
     Je voulais mettre une super image de western, genre l'image de fin dans "Les 7 Mercenaires" quand Yul Bryner s'en va avec son pote, ou alors Clint Eastwood dans "Impitoyable" quand il se casse près avoir mis le souk partout dans le patelin, mais j'ai pas trouvé et surtout: j'avais un peu la flemme de chercher.


Du coup, vous n'aurez qu'une minable photo de John Wayne sur son rocher

      Tout ça pour dire que j'aime bien les westerns, et qu'à l'instar de Hopalong Cassidy, moi aussi je m'en vais dans le soleil couchant en sifflotant sans me retourner sur mon fidèle destrier noir et jaune et gris.

     Bien sûr je pourrais vous raconter encore plein d'histoires (ça me fait penser par exemple, que j'ai oublié de vous raconter que quand je bossais au Mac Do, je m'amusais à faire pleurer les enfants, juste pour les dégoûter de venir au Mac Do et leur laisser un sale souvenir de ce moment qui aurait dû être si merveilleux...) je pourrais être encore méchante avec plein de gens (et pas seulement les mômes qui vont au Mac Do et leurs parents qui trouvent ça merveilleux) et je pourrais m'amuser à faire des tas de parodies qui n'en seraient même plus, car finalement, la plupart des blogs sont déjà une blague à eux tous seuls.

Oui mais non.

     J'abandonne ce blog ici même et je m'en vais planter ma tente ailleurs. Celui ci m'aura bien fait marrer en tout cas, mais au bout d'un moment, il faut passer à autre chose.
Et c'est qu'un blog après tout! Depuis quand fait-on dans le sentimentalisme primaire enfin voyons!
Les blogs c'est comme les animaux: ça peut s'abandonner sans remord au bord de la route jusqu'à ce que mort s'ensuive, tout le monde s'en fout, on en récupèrera un autre après les vacances si on a envie.

Oui bon je sais... y'en a qui vont râler: j'arrête juste avant de faire la séance photo (avec un photographe bloggeur très connu dont je tairai le nom afin de respecter son intimité) où, mes copines et moi même, vêtues de pas grand chose, nous aurions fait les Pin Up trash sur la belle Mustang rouge de Séb qui arrive dans même pas une semaine...

     Enfin je me dis aussi que plein de gens seront contents que je n'écrive plus de vilaines choses, et  sincèrement, ça me fait plaisir qu'ils soient contents ces cons là.
Pour une fois qu'ils vont se taire, c'est plutôt une bonne nouvelle.

Sachez cependant que ce n'est pas parce que je suis devenue gentille que j'arrête d'écrire, mais parce que ma vilainie s'aggravant de jour en jour, ça risque de tellement dégénérer qu'il vaut plutôt mieux que je fasse un blog interdit à tous les gens dépourvus de second degré, aux moralisateurs en tout genre, et à ceux que je n'aime pas d'une façon générale.
Est ce qu'on est vraiment obligé de se coltiner ça comme lectorat?
Non.
Bonjour la punition.
Enfin je me plains pas, mon lectorat, en général, je l'aimais bien.

     Ou sinon, je peux faire dans le blog de tricot, loisirs créatifs et cuisine: au choix.

Mais même en faisant un blog de tricot, je crains quand même que ça dégénère, et ce ne serait pas acceptable, non ce ne le serait pas, car on ne plaisante pas impunément avec le point mousse et les mailles croisées à droites après la diminution du dernier rang juste avant d'attaquer le raglan.

C'est surtout que je n'ai pas envie de voir débarquer sur mon blog un gang de tricoteuses en colère, juste parce que je ne tiens pas mes aiguilles de façon conventionnelle!
Et vous savez, rien n'est pire qu'une bande de Tricoteuses enragées! Pour un peu que l'une d'elles ne puisse pas terminer son ouvrage parce qu'il lui manquait une seule pelote et qu'elle n'en trouve plus dans le même bain... alors là c'est FOUTU. D'ailleurs, il y a un dicton qui dit:

"Une tricoteuse en colère, c'est pire qu'un guitariste de rock à qui on aurait désaccordé une corde mais qu'on lui aurait pas dit laquelle."

Tout de suite, je sens que vous êtes calmés. Et effrayés à la fois.
Y'a de quoi. Faites pas les malins.

Et je ne vous parle pas des intégristes du fondant au chocolat... ceux là ils sont pires que tout... tremblez dans vos cuisines!!!!

     Alors finalement, le blog de cuisine non plus, je crois pas que ce soit une bonne idée... et rigolez pas: il parait que sur Marmiton.org, il y a plein de trolls qui sévissent.
Même l' Internet 2.0 n'est plus sûr de nos jours...

     Bon... ya mon cheval m'attends dehors depuis 1h... je voulais faire court pour une fois, et décidément, je n'aurai jamais réussi sur ce blog, à écrire des billets courts.
En fait c'est le drame de ma vie.

Mais je reviendrai.

Comme Hopalong Cassidy et Terminator.

(en fait je suis déjà ailleurs...)

Par Spike - Publié dans : Des fois c'est n'importe quoi
Ecrire un commentaire - Voir les 41 commentaires
Dimanche 31 mai 7 31 /05 /Mai 23:28
     Il y a 8 jours, je mettais ici même un sondage dont voici les résultats:




     Vous êtes une majorité à avoir pensé que j'allais encore faire une parodie de blog: vous êtes vraiment rien qu'une bande de brigands, vous savez?

Rien que par esprit de contradiction, en fait, il n'y aura pas de parodie de blog, voilà.
(même si j'avoue, j'en avais une de pratiquement prête...)

La vérité c'est que j'ai beaucoup la flemme ces derniers temps, c'est normal j'ai dû annoncer à Séb que j'étais enceinte de jumeaux, et ça n'a pas été une chose facile...

     "SEEEEEEEEB!!!!!!!!!!!! j'ai gueulé depuis l'autre bout de l'appart pendant que je me faisais les ongles, J'AVAIS COMPLÈTEMENT OUBLIÉ DE TE DIRE QU'ON ALLAIT AVOIR UNE PAIRE DE JUMEAUX DIS DONC!!!!!!"

Il a répondu en criant lui aussi (de l'autre bout de l'appart également, oui chez nous c'est tellement grand, qu'on crie, on s'envoie des mails, des SMS ou on se téléphone quand on a un truc à se dire, tellement on la flemme de se déplacer)

     "RHO MAIS MERDE TU FAIS CHIER CONNASSE! Qu'est ce qu'on va bien pouvoir en faire????
- Je sais pas?!? Au pire on pourra toujours les congeler quand on en aura marre et les décongeler quand on voudra jouer avec????..."
(et si vraiment j'en veux plus, en dernier recours, j'en donne un à Vanessa et un autre à Sonia pour qu'il joue avec Maya)

Ensuite j'ai fini de me manucurer les ongles et lui est allé sur la terrasse fumer des cigarettes en compagne de son ordinateur.

Au bout de 24 minutes, il me dit:
    
"HEY, VIENS VOIR CE QUE J'AI ACHETÉ  SUR EBAY!!!!!!!"

J'accourus en courant, tel un dahut faisant des bonds lorsqu'il descend la montagne à cheval, ohé ohé.

     "T'as acheté une poussette double? Des couffins? tu cherches des prénoms pour nos enfants?
TU M'AS TROUVÉ UNE ROBE MAJE COLLECTOR?????
Mais c'est QUOI cette bagnole pourrie???????


- C'est pas une bagnole pourrie c'est une Ford Mustang de 1968, tu te rends compte qu'elle est plus vieille que nous alors respect, et dans 1 mois elle sera mienne, ô oui elle sera mienne.
Je voulais acheter une Gran Torino, rapport au fait que nos enfants s'appelleront Starsky & Hutch, mais comme y'en avait plus, j'ai pris une Mustang.
T'as quand même pas cru que j'allais acheter une XSARA PICASSO comme tous les beaufs j'espère???..
- Mais... c'est pas très pratique comme voiture familiale?...
- C'est pas une voiture familiale: c'est juste une voiture pour que je m'amuse avec. Nuance.
- Et tu vas passer à "Pimp My Ride" ou pas?
- Nan, je vais la pimper tout seul.
- Tu vas donc peindre des flammes, installer des écrans de 12 pouces, des jantes de 18, une sono de 3000 Watts et un distributeur de noix de cajou TOUT SEUL?
- Ouais.
- ...
- Bon par contre, je te préviens tout de suite, comme je vais justement faire de la retape tout seul, ça risque de me prendre du temps... du coup, je serai pas très dispo pour les jumeaux... tout ça...
Je pense que j'aurai terminé quand ils auront environ 4 ans (c'est à dire quand il sauront marcher, parler et surtout qu'ils ne porteront plus de couches).
- Et je fais quoi pendant que t'es en train de réparer ta Mustang?
- Ben chaipa, ce que tu veux. T'as qu'à ouvrir un "blog de Maman": tu sais, les blogs chiants où ça parle de biberons, de couches, de dents, de bronchiolites et où tout le monde s'extasie devant des photos de bébés moches...
- Comme tu as raison! Quelle excellente idée!
NON MAIS SANS BLAGUE TU M'AS PRIS POUR QUOI ESPÈCE DE POURRI?"

     Voilà.
Depuis 15 jours, Séb est comme un dingue parce que sa voiture va arriver du finfond de l'Idaho jusque devant la fenêtre du salon. Tous les matins, il court à la fenêtre pour vérifier si par hasard, on l'aurait pas déposée pendant la nuit.

Et moi je mange des sushis aux fraises.
En préparant mes vacances.

Tiens d'ailleurs, vivement les vacances. Cette année ce sera le Kerala.

Lalala.


Par Spike - Publié dans : Real Life (ou peut-être pas)
Ecrire un commentaire - Voir les 32 commentaires
Lundi 6 avril 1 06 /04 /Avr 20:51

     J'ai relu toutes les lettres de Thomas attentivement, et ce faisant, des épisodes de ma vie d'il y a 10 ans refaisaient surface: à travers les questions qu'il me posait et les réponses qu'il faisait, ce que je lui avais écrit me revenait peu à peu.
J'ai compris pourquoi je n'avais sans doute jamais relu ces lettres: j'y revoyais sans doute trop fort ma vie de paumée, le mec nase dont je partageais la vie, mes angoisses , mes casseroles et mes peines de l'époque. Je parlais à Thomas de tout ce qui faisait ma vie à ce moment là... avec du recul, je me dis que je ne devais vraiment pas être la "pen-pal" idéale... mais il m'a toujours écrit de longues lettres très gentilles, sans jamais me juger ou quoi que ce soit.
Etrange comme ses lettres pouvaient me réconforter à ce moment là, étrange aussi que ce soit lui qui puisse me dire des mots justes, alors que ce que ma vie était tout de même mille fois moins pire que la sienne.

    Thomas Anthony Wyatt, né le 6 janvier 1964, était incarcéré dans une prison de Caroline du sud en  1991. Condamné à mort pour vol à main armé et meurtre, il était depuis tout ce temps là dans les couloirs de la mort.
En 1999, lui et 4 autres prisonniers furent transférés à la prison de Starke, en Floride, c'est dans cette prison que je lui adressais mes lettres.
Une mère bi-polaire, un père violent qu'il ne voyait plus, un petit frère tué dans l'incendie de son mobil-home, Pour lui, la vie s'est arrêtée à 24 ans.
Une cellule de 1,80m. sur 2,70m. l'interdiction d'avoir des promenades communes avec les autres détenus depuis 1 an au moment où il m'écrivait, et des sorties dans une petite cour, toujours seul. Pas de télé, pas de radio, peu de contact avec sa famille.

Voilà.
C'est tout ce que je savais concernant sa vie carcérale, il ne m'a jamais parlé d'autre chose à ce sujet. J'imagine qu'il y aurait eu beaucoup à dire, mais étrangement, nous nous comportions comme si nous étions des correspondants "normaux", à la seule différence qu'il était enfermé à vie et pas moi.

     L'autre jour, après avoir relu toutes ses lettres, j'ai donc enfin cherché pour la première fois à en savoir plus sur lui. Persuadée qu'il avait été exécuté, j'ai tout de même voulu vérifier, et voici ce que j'ai trouvé en cherchant dans Google "Thomas Anthony Wyatt death row Florida".

Je suis d'abord tombée sur cette page.
Lorsque j'ai vu la photo, je ne l'ai bien sûr pas reconnu: rien à voir avec celle qu'il m'avait envoyée il y a 10 ans, (voir la photo dans mon 1er post) quel changement!
Je l'ai uniquement reconnu... à cause de son nez, qui a une forme particulière: pas de doute, c'était obligatoirement lui.
Ensuite j'ai lu les faits décrits... les lieux et les dates concordaient avec ce qu'il m'avait dit.
Je suis aussi tombée sur plusieurs rapports et procès verbaux (au passage, j'étais très étonnée de voir que ce genre de documents était disponible sur internet) qui détaillaient les crimes pour lesquels il était accusé, son contexte familial (bien glauque), son histoire. Tout est là.

J'avoue que ça m'a fait un léger choc car je ne m'attendais pas à autant de choses: déjà en prison en 1988, il s'en est évadé, puis fut repris en 1991 pour vols divers, braquages, 1 viol et 3 meurtres.
Rien que ça.

     "Tu te rends compte que t'as correspondu avec un dangereux malade? m'a dit Séb. T'auras l'air bien s'il s'évade de prison façon Mickael Scofield et qu'il te retrouve pour te faire la peau! Je te rappelle qu'il a ton adresse!"

Ha oui tiens. C'est vrai.
Cela dit, ça ne m'a jamais posé de problème, parce que d'une part, je ne savais pas tout cela il y a 10 ans, d'autre part, je me doutais bien qu'en correspondant avec des prisonniers incarcérés dans des prisons de haute sécurité aux Etats Unis, je n'allais pas avoir affaire à des enfants de choeur.

Une correspondance de ce type ne peut avoir lieu que si celui qui est dehors ne juge pas l'autre: neutre, je ne connaissais pas le cas de Thomas Wyatt et je n'ai jamais jugé ce qu'il avait pu faire. Même encore maintenant, après tout ce que j'ai lu, mon opinion sur lui reste neutre, même si l'on est forcé de reconnaître que ce qu'il a fait... merde, ça craint quoi.

     "Sûrement parce que tu n'as pas de coeur!" vont dire certains.

Sûrement plutôt parce que je n'ai aucun lien avec les victimes et que dans ce cas précis, si j'avais fait preuve de la moindre empathie, je n'aurais jamais envoyé une seule lettre à Thomas Wyatt.
Dans le cas présent, je n'étais pas une proche des victimes, aucun média en France n'a relaté l'affaire, il n'y avait donc aucun élément qui puisse toucher de près ou de loin mon émotivité.
C'est certainement, c'est la seule raison qui a fait que nous ayons pu nous écrire de la sorte.

En 2000, Thomas Wyatt avait déjà passé 12 ans derrière les barreaux, je suppose qu'il était bien différent de ce qu'il était à 24 ans.
L'attente moyenne dans les couloirs de la mort est de 8 à 10 ans... En faisant une recherche à son nom sur le site internet de la prison de Starke en Floride, j'ai constaté qu'il était toujours là bas: comment est-il possible qu'un homme soit pendant plus de 20 ans dans les couloirs de la mort?
L'Etat qui permet ce genre de chose est à mon sens pire que les criminels qu'il juge.

Certains diront que je n'ai approché qu'une facette de Thomas Wyatt, celle qu'il a bien voulu me montrer à travers ses lettres, ce qui me rend aveugle et naïve vis à vis de lui... mais meurtrier ou non, qui n'agit pas de cette façon? Avec internet, forums, blogs etc... il est encore plus facile de jouer à ne montrer qu'une facette de soi.

     Le week-end dernier, j'ai repris mon papier à lettre, choisi quelques photos, et je lui ai écrit une lettre de 8 pages, comme avant. Je ne sais pas s'il se souvient de moi, s'il aura cette lettre, et s'il me répondra.

Et oui, j'écris à un criminel et je n'ai même pas d'état d'âme à le faire. So what?

     Egoïstement, je dirai que cette correspondance m'a beaucoup apportée. Peu importe ce dont il était coupable. A ses yeux, je faisais peut-être parti des seules personnes qui jamais ne l'ont jugé, et en ce sens, j'espère juste avoir pu lui apporter quelque chose à un moment de sa vie, de la même façon qu'il a su apporter quelque chose à la mienne.

Par Spike - Publié dans : Real Life (ou peut-être pas)
Ecrire un commentaire - Voir les 36 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés